22/03/2005

Juste un rêve ou un cauchemard

Je me suis souvenue enfin d'un rêve il y a deux jours. Ca faisait si longtemps. Mais à chaque fois cela m'intrigue, ca n'a pas toujours vriament de sens et pourtant ca en a un quand même. Enfin bref, j'vais ecrire celui-là car je me souviens tellement rarement de mes rêves que ca me ferait plaisir d'y relire plus tard.
 
Donc je me ballade sur une grande place. Je suis avec ma nièce (je n'en ai pas, et ca risque
pas d'arriver), j'ai 22ans, et ma nièce est encore un beau gros bébé, je la porte "en
kangourou". (si ca avait du etre réel, faudrait que mon frère ai un enfant d'ici l'année prochaine,
et ca impossible). Quelqu'un m'accoste en me demandant si c'est ma soeur. Je dis que c'est
ma fille, après tout c'est moi qui m'en occupe. Une voiture arrive, je me rappelle qu'elle était
noire, et un peu dans le genre polo ou golf si je ne me trompe pas. Une portiere s'ouvre et
quelqu'un m'attrape. Je suis sure le siège, je ne vois aps qui m'a kidnappée, je suis trop
occupée à me tracasser pour savoir comment je vais m'en sortir pour les regarder. Et peut
etre bien qu'ils étaient masqués. Je sais juste qu'on mets un cannif sous la gorge de ma pauvre
niece. Je ne sais pas quoi faire, quand tout du'n coup j'ouvre la porte, saute, je me récupère
sans mal, on ne devait pas rouler très vite. je sens tout d'un coup un liquide chaud sur ma
main, et je me rend compte que ma nièce saigne. Affolée j'essaie de trouver de l'aide sans
succès.
 
Je me réveille juste à ce moment la. Et avec en tête le nombre "750"
 

13:47 Écrit par à fleur de peau | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/03/2005

émotions

Je suis succeptible et je m'emporte comme une feuille morte par tempête.
 
Très émotive je ne sais pas pourquoi je suis ainsi mais des fois ca me mets en rogne. 
 
Il est vrai qu'aux premières approches, si je suis dans un mauvais jour, je peux faire peur
ou décourager. Bon je rassure, j'essaie de me contenir au max avec les gens qui ne me
connaissent pas.
 
Ce trop-plein d'émotions positives ou et surtout négatives, je ne sais pas comment m'en
débarrasser. Souvent à cause de ça, on m'a dit que j'avais une âme d'artiste. Peut-être mais
j'en ai juste l'âme alors parce que je n'ai pas l'oreille musicale, je dessine comme un pied, je ne
suis pas très créative, je me suis plusieures fois lancée dans l'écriture sans résultat...
Bref j'ai peut-être l'âme mais pas le don.
 
Alors je me tate, je cherche encore un exutoire à mes "coups de folies" qui me font parfois
pleurer comme une madeleine pour un rien ou qui me font voir une contrariété comme la fin du
monde. 
 

08:21 Écrit par à fleur de peau | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/03/2005

l'indifférence

L'indiférence tue bien plus que la haine.
Souvent, quand on est detesté on ne le sait pas, mais il y a pire : être ignoré.
Vaut mieux être quelqu'un de destesté que de ne pas exister. Parce que l'indifférence c'est ca.
C'est un poison vicieux, lent, indirect mais qui fait effet quand la victime ne le reconnait pas.
Les victimes de l'indiférence sont niées des autres victimesqui ne pensent pas que l'indifférence
est une souffrance.
 
Parfois, on préfererait se faire frapper, insulter que de n'avoir jamais un regard, un bonjour.
Des fois on préfererait être un étrangé que tout le monde regarde comme un coupable plutot
que cette chose indifférenciée.
 
Souvent l'indifférence ne choque pas, la haine, si encore en tout cas.
 
Le pire, je crois, c'est que la personne exercant cette force, ne s'en apperçoit même pas, sinon
elle ne serait pas indifférente, où on verrait que c'est fait exprès. Et si la personne qui le subit
en a marre et gueule un bon coup, en se disant que peut-être l'indifférence se changera au
moins en un quelque chose même si c'est négatif, et bien on en revient au point de départ : 0
absolu.
 
Comme une vitre contre laquelle on butterait sans cesse, sans l'abîmer et qui serait insonore.
 
Parfois on se demande si ce n'est pas nous qui l'avons créée cette vitre. On en deviendrait
presque fou, jusqu'à ce qu'on pete les plombs à l'extérieur dans le cercle des intimes et qu'il
nous conforte sur notre normalité. Il faut juste prendre son mal en patience, serrer très fort les
dents parce qu'on n'obtiendra jamais rien d'autre et faire comme si cela nous atteignait pas
meme si de toute façon l'indifférent(e) ne s'en rendra pas compte.
 
OUVREZ LES YEUX, p'tetre que vous êtes indifférent envers quelqu'un qui en souffre. Ca
pourrait etre votre enfant, votre voisin de palier, un collègue ou que sais-je. Un sourire ne
coute rien et apporte énormément à celui ou celle qui l'attend. Et sera toujours bien apprécié
par quelqu'un qui ne l'attend pas ou plus. Il n'est pas trop tard pour briser la vitre.

 

21:54 Écrit par à fleur de peau | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |