03/06/2005

coeur en berne

Je compte les secondes, les heures, les jours et les années depuis que tu es parti.
 
J'essaie de t'effacer de ma vie mais tu es là, dans mes souvenirs, dans mon coeur dont le sang qui l'anime vient en partie de toi.
 
Quand tu es parti tout s'est écroulé pour moi. Je ne voulais pas y croire.
 
Bien sur ce n'est pas comme si tu avais la moitié de l'âge que tu as eu quand tu es parti mais pour moi c'était bien trop tot.
 
Tu étais beaucoup pour moi. Je t'ai idéalisé, tu étais mon modèle.
 
D'ailleurs je ne veux pas retourner là-bas, ca me fait trop mal. Heureusement que tu n'es plus là pour voir ce massacre de la naure.
 
Le week-end passé j'ai pleuré pour toi, cela faisait longtemps. Près de quatre ans que je les retenait... même si sur le coup j'en ai laché des litres, depuis plus une seule, je t'avais rangé dans les albums.
J'ai dit de mauvaises choses, que tu n'avais pas le droit de m'avoir abandonnée, que je ne comprenais pas pourquoi tu n'étais pas allé plus tot voir les médecins... encore aujourd'hui j'me dis qu'ils auraient pu te sauver...
 
Mais voilà, tu m'a laissée, je n'ai pas pu te dire aurevoir, je n'ai pas pu te serrer encore une dernière fois.
 
Tu me comprenais, tu lisais en moi comme dans un livre ouvert, pour toi, j'étais un diamant qui ne voyait que sa robe de charbon...
 
J'aimerais tant que tu sois là... même si je suis construite depuis longtemps, j'ai encore besoin de toi... et surtout j'aimerais que tu vois ce que je suis devenue, tellement de choses dans ma vie ce sont passées depuis que tu es parti... tellement de choses que j'aurais voulu partager avec toi
 
Tu me manques, je ne t'oublies pas et je ne pourrais jamais t'oublier. Tu es en moi.
 

15:42 Écrit par à fleur de peau | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |